RSS
RSS


 

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
you're dreaming with your eyes wide open :: CARTE D'IDENTITÉ :: LE CHOIXPEAU MAGIQUE
avatar
Portrait :
Âge : Vingt-sept ans et toutes ses dents
Messages : 6
Avatar : Tuppence Middleton
Crédits : Gaerrys ; Anesidora
Date d'inscription : 01/12/2018

Revelio
Je parle en :
Mes rps:
Mon allégeance: A la population du monde magique
Nouveau membre
Sam 1 Déc - 15:53
Stevens Beth
Feat. Tuppence Middleton
Ϟ Le caractère Ϟ

Courage Ϟ Ce trait de caractère est sans aucun doute le premier que l’on remarque chez la jeune femme. Il lui colle à la peau depuis son enfance. Enfant, elle brillait déjà par sa force morale, se montrant forte peu importe à la situation à laquelle elle faisait face. Elle n’a jamais été de ceux qui reculent ou se planquent pour éviter les conséquences. Bien évidemment, ils sont nombreux ceux qui disent qu’il s’agit de l’insouciance ou de la naïveté de la jeunesse. Les années ont passé, mais cela n’a rien changé, Beth se dresse toujours avec bravoure face aux dangers de son métier ou de la vie. Détermination Ϟ Engagée. Elle avance, persévère et repousse les embûches, refusant de se résoudre à abandonner. C’est une grande force et sa plus grande faiblesse également. Beth ne capitule pas facilement, la mettant dans des situations difficiles à gérer. C’est un avantage dans son métier mais également ce qui lui coûte le plus émotionnellement et physiquement – elle déteste abandonner encore moins lorsqu’il s’agit de vie humaine. Elle n’est pas assez carrée ou ne se fie sans doute pas suffisamment aux protocoles de sécurité. Cela pourrait ressembler au complexe du héros sans aucun doute lié au traumatisme vécut dans son enfance.  Audace Ϟ Beth agit. Les risques, elle en a conscience mais il est impossible de faire avancer les choses sans en prendre. Au delà de jouer la carte de celle qui n’a pas froid aux yeux, la sorcière ne se gêne à parler ouvertement de ce qui la dérange, ou de bousculer les pensées dominantes de la société. L’adage qui ne tente rien n’a rien prend tout son sens pour l’Auror. Loyauté Ϟ Malgré un caractère fort et la place qu’elle peut prendre, Beth fait preuve d’une loyauté à toute épreuve. Ce trait n’englobe pas uniquement un entourage proche, car elle l’étend au monde des sorciers et à ses valeurs. De ce fait, ce n’est pas pour rien que malgré son fort tempérament, ses collègues ont conscience qu’ils peuvent lui faire confiance, qu’elle préférait mourir que de les trahir. Néanmoins, il ne faut pas oublier qu’elle s’y tient à cette valeur et mettra tout en œuvre pour la maintenir même s’il faut pour cela bafouer certaines règles. Intégrité Ϟ L’ambition, le pouvoir, la ruse, la manipulation et j’en passe… ? Des mots inconnus du vocabulaire de la jeune femme. Cela ne veut pas dire qu’elle ne souhaite rien, bien au contraire, mais cela va plus loin qu’un désir ardent de devenir un grand sorcier ou d’obtenir un poste de pouvoir. Elle ne change pas, Beth, c’est toujours la même sorcière au tempérament de feu et au sourire étincelant. Ses actions sont honnêtes. D’ailleurs, elle ne sait pas mentir et ne cherche pas à le faire. Cela irait à l’encontre du reste de ses traits de sa personnalité. Fantasque Ϟ Voilà sans aucun doute ce qui marque le plus les sorciers qui la rencontrent. L’Auror n’a pas peur de montrer ses différences, ses idées divergentes, préférant les afficher avec fierté. Sa dégaine en elle-même est tout un sketch à elle toute seule. Qui penserait faire face à une Auror sérieuse et impliquée dans son travail avec ce look plutôt exubérant ? Beth est libre et utilise l’humour à de nombreuses reprises pour dénouer des situations épineuses. Il est clair que ses actions sont bien souvent imprévisibles et toujours originales. Désinvolture Ϟ Son allure en est la preuve. Beth ne s’embarrasse jamais des détails et des normes que tout un chacun devrait suivre pour être qualifié de citoyen modèle. De par sa nature de née-moldue, ses premiers pas dans le monde des sorciers, bien qu’émerveillée, n’ont pas toujours été faciles. D’autant que la jeune femme ne pouvait pas compter sur le soutien de sa famille qui n’acceptait pas sa nature magique. Elle s’est retrouvée au milieu de deux univers bien distants. A force, elle a appris à ne pas accorder de poids à tout cela. Elle tourne la plupart des sujets en dérision, préférant toujours rire que de pleurer. C’est également la solution de facilité pour masquer ses faiblesses et ses douleurs intérieures. L’Auror peut donc même agir nonchalamment mais cela ne va pas dire qu’elle n’y prêtera pas attention. Il faut avouer que cela lui sert même dans l’exercice de son métier, qui se méfierait d’une jeune femme de son calibre maniant l’humour comme sa baguette ? Insolence Ϟ Ah oui. Dès que l’on va à l’encontre des valeurs de la jeune femme, il faut se méfier du retour de flamme. La petite dame fait rarement dans la dentelle. On l’aura déjà compris que Beth n’a pas la langue dans sa poche. Elle se la joue bravache et se dresse contre toute forme d’autorité ou de supériorité jouant de son pouvoir. Inutile de compter le nombre de retenues ou de points perdus par la sorcière lors de ses études à Poudlard. Elle a dû établir un record sans même avoir à se forcer. Elle en a eu des ennuis et est intervenue dans nombreuses bagarres selon provocations ou injustices à l’égard de petits camarades. Heureusement, la maturité et la formation d’Aurors, ont réussi à tempérer quelques peu ses ardeurs. Sa technique ? Le poing dans sa poche. Mais le fond de ses Iris ne trompe jamais personne. Beth est un livre ouvert. Idéalisme Ϟ Si elle pouvait claquer les doigts et rendre le monde meilleur, elle n’hésiterait pas une seule seconde. Sa perception du monde diffère de la réalité, elle ne s’en cache pas mais ne peut s’empêcher d’espérer de voir le bon et espérer que le meilleur finira toujours par triompher. Elle peut paraître de ce fait bien naïve aux yeux des autres. En somme, elle ne perd pas espoir et se convint que le destin tout tracé finira toujours par rétablir l’ordre et la justice. Même si c’est très utopique de croire en la deuxième chance ou la rédemption. Après tout, elle a fait le vœu de défendre la vie. Nervosité Ϟ L’agitation, Beth la connait. Elle traduit la tension ou l’anxiété par des mouvements excessifs de ses membres. Vous savez la personne qui tape du pied, ronge les ongles, fait rouler une plume entre ses doigts, …etc. La jeune femme vit sans gilet de sauvetage, c’est pourquoi ses actions ou agissements induisent forcément de quoi être nerveuse au quotidien. C’est également cette vigueur qui favorise une certaine vivacité et impulsivité que possèdent l’Auror. Depuis la morsure Ϟ A l'approche de la pleine lune, Beth est sur les nerfs et  plutôt nerveuse. Très irritable, la jeune femme s'emporte rapidement. En effet, ses traits originels sont exacerbés et il lui est encore bien difficile de se maîtriser. Le plus dur est d'admettre qu'elle ne peut pas contrôler sa bête intérieure malgré toute sa volonté. Elle se bat contre elle-même et est sans doute vouée à perdre ou du moins à accepter les changements qui s'opèrent en elle. Malgré que cela fait six mois, depuis l'attaque, Beth se réveille la nuit en sueurs suite à ce même cauchemar effrayant. Son côté relationnel en a également pâti, c'est simple elle ne supporte plus certaines étreintes l'amenant à la limite de la crise d'angoisse. Les professionnels conseillés lui ont tous dit la même chose : il faut du temps et du travail sur soi. La jeune femme ne les a pas vraiment écouté, enfin elle a fait semblant comme un bon nombre de sorciers du métier. L'inaction n'a jamais été son fort après tout. Il est clair qu'un nouveau trait de caractère s'est ajouté suite à cet épisode. Vengeance Ϟ Beth compte bien retrouver les loups ayant attaqué ces innocents et elle-même. Mais quelle justice choisira-t-elle ? La sienne ou celle de la bête ?
Ϟ Derrière ton écran Ϟ
Ϟ pseudo Ϟ Gaerrys le retour, mais cette fois ce n'est pas pour dominer le monde. Ϟ âge Ϟ 24 Y.O. Ϟ région Ϟ Suisse. Ϟ scénario ou inventé ? Ϟ Inventé de toutes pièces. Ϟ comment avez-vous connu le forum ? Ϟ Amau's back guys. Ϟ comment trouvez vous le forum ? Ϟ Comme il m'a pris l'envie de me dédoubler, je pense l'avoir adopté ce joli petit bout. Ϟ un dernier mot ? Ϟ Si vous avez des mugs, planquez-les.
Ϟ Carte d'identité Ϟ

Ϟ prénom Ϟ Elizabeth. Un prénom qu'elle n'assume pas même du haut de ses vingt-sept ans. La simple prononciation de ce nom la fait immédiatement grimacer, peut-être parce qu'elle l'a trop souvent entendu sortant de la bouche de sa mère lui servant des remontrances. C’est pourquoi, elle préfère Beth, plus court et sans le côté coincé. Ϟ nom Ϟ Stevens. RAS à ce niveau-là, pas de plainte de sa part. Ce n'est clairement pas un nom de sang-pur ou d'une quelconque lignée de sorciers, mais Beth n'accorde aucune importance à cela. Ϟ âge ϞVingt-sept ans. Comme quoi, ce n'est pas l'âge qui définit le niveau de maturité d'une personne. Beth a conservé le côté enfant libre et quelque peu rebelle – histoire de se préserver encore quelques temps des rides liées aux responsabilités.Ϟ date et lieu de naissance Ϟ Venue au monde à Londres, un soir orageux d'un 7 août. D'ailleurs, ses parents pensent que son côté tempétueux est lié au temps de ce jour-là. Ϟ statut du sang Ϟ Sang de bourbe et en plus politiquement correcte née-moldue. Après avoir subi des moqueries de la part de camarade, elle s'est pointée avec un t-shirt avec le statut de son sang imprimé dessus. Beth est en est fière et est persuadée que ce n'est pas le statut du sang qui fait le sorcier et heureusement.  Ϟ origines Ϟ Anglaises de part son père et irlandaises du côté maternel. Mais cela fait de nombreuses années que sa famille vit en Angleterre, bien qu'une maison de vacances est conservée comme patrimoine dans l'ouest de l'Irlande Ϟ statut civil Ϟ Bien trop volage pour se poser longtemps dans le même nid. Beth n'est pas encore prête à ce que l'on mette la bague au doigt surtout pas en ces temps.Ϟ orientation sexuelle Ϟ Bisexuelle. Jamais, elle ne se priverait de découvrir tous les plaisirs que le monde lui offre. Bien que pour le moment, son besoin de relations charnelles est au plus bas.Ϟ statut social Ϟ Modeste. Elle gagne bien sa vie en tant qu'Auror mais ne roule pas pour autant sur l'or. D'autant, qu'elle n'a obtenu aucun héritage du côté de sa famille lors de son départ de la maison familiale. Ses économies ont vite été épuisées à sa majorité. Il serait peut-être temps qu'elle apprenne à mettre de côté. Ϟ métier Ϟ Auror. Elle en rêvait depuis toute gamine d'intégrer les forces de l'ordre - de devenir une héroïne comme dans ses comics. Au départ, elle pensait devenir policière comme celui qui lui a sauvé la vie. Puis, elle a découvert ses dons magiques et devenir Auror est devenu son objectif. Ϟ particularité magique (si vous souhaitez un don faites en la demande ici) Ϟ Lycanthropie par morsure. La morsure a eu lieu il y a six mois. Beth s’en remet peu à peu, acceptant avec difficultées sa nouvelle nature. Ϟ épouvantard Ϟ La peur la plus profonde de Beth prend la forme d’une jeune sorcière, vêtue d’habits sombres, à moitié hybride loup-garou. Cette silhouette lui ressemble étrangement, malgré des yeux hazel brillants, des crocs et des griffes. Ϟ patronus. Ϟ Une belette tachetée. Cet animal est dynamique, féroce et à l’affût des opportunités à l’image de sa sorcière. Ϟ miroir de rised Ϟ Beth aperçoit son reflet entouré de silhouettes floues à ses côtés se comportant comme une famille unie et heureuse, au milieu d’une foule en liesse.Ϟ amortentia Ϟ Une saveur menthe et pépites de cacao, un délicieux mélange non ? Ϟ animal de compagnie Ϟ Un chat angora noir et blanc squattant son appartement quand elle n'est pas là. Oui, l’on peut dire que la sorcière a un chat comme coloc’. D'ailleurs, il s'appelle "Coloc'" ou "le squatteur".Ϟ composition de la baguette. Ϟ A onze ans, Beth a obtenu une baguette de 30 centimètres en bois d’hêtre et munie d’une plume de phénix. Durant les nuits qui ont suivi, Beth dormait même avec sa baguette conservant le symbole même de sa nature de sorcière au plus près d’elle par crainte qu’il ne s’agisse d’un rêve. Ϟ votre groupe Ϟ Le ministère.
Ϟ Quelques questions Ϟ

Ϟ Voila 25 ans que le seigneur des ténèbres et ses partisans ont été vaincus que pensez vous des hommages rendus aux héros de la guerre ? Ϟ  Il est difficile d'imaginer l'ambiance dans laquelle a vécu toute cette génération de sorciers. Née-moldue, Beth n'a entendu parler de ses années sombres que lors de son arrivée à Poudlard. Immédiatement, elle s'y est intéressée avec le curiosité et l'innocence de la jeunesse. Tous ces gens qui ont perdu la vie pour se battre pour leur cause et la liberté de ce monde, Beth les admire encore aujourd'hui. Les hommages sont importants. Il faut saluer le courage de ceux qui se sont battus avec vaillance malgré la délicatesse de la situation. Il est impératif de ne pas oublier. Il s'agit de la preuve même que la volonté et la cohésion humaine peuvent briser même le plus sombre des maléfices. Ce sont des symboliques qui parlent particulièrement à Beth.
Ϟ La parité du sang dans le monde magique est-elle quelque chose de bien pour vous ? Ϟ Etant donné que Beth est une née-moldue, l'on pourrait croire que la réponse coule de source. En vérité, la jeune femme ne peut s'empêcher d'émettre quelques réserves notamment en raison de la peur de la différence naturelle chez les humains. Honnêtement et égoïstement, Beth ne peut s'empêcher de penser que si elle était née dans une autre famille ou sans pouvoir magique, tout aurait été différent. De ce fait, elle ne souhaite à personne de vivre des années mal dans sa peau, déchirée entre deux mondes, sans trouver sa place.
Ϟ Que pensez vous de cette idée de proposer aux jeunes sorciers une nouvelle façon d'apprendre leurs futurs métiers ? Ϟ A son âge, Beth fait partie de l'ancienne génération. Elle a suivi les méthodes visiblement archaïques et se sent tout à fait compétente dans son métier. Selon elle, l'expérience est le meilleur des apprentissages. La théorie ne peut s'appliquer à la vie réelle et c'est en réfléchissant trop longtemps aux études scientifiques que l'on perd la vie. Après, elle ne critiquera pas ouvertement cette nouvelle méthode, s'en désintéresse même, tant que l'on ne lui colle pas un gamin dans les pattes. Dans le cas contraire, Beth remplira son rôle et formera au mieux la nouvelle génération pour éviter qu'ils perdent des petits bouts.
La Pensine

Dans l'une des plus hautes tours de l'école de sorcellerie de Poudlard, elle jette un regard par la fenêtre, scrutant d'un regard les élèves riant ou pressé, en groupe ou seul. La vue de ces jeunes baignés dans le soleil de printemps lui donne le sourire. Ce paysage envoûtant est devenu sien depuis seize ans déjà. Ce monde est devenu sien. Un soupir lui échappe alors que son regard se pose sur le parchemin étalé devant elle. D'un geste volontaire, ses doigts s'enroulent autour de sa plume et très vite le bec est gorgé d'encre noire.

Cher Junior,

Toi et moi, ça n’a jamais été facile entre nous. On s’apparente plus à la relation chien et chat de Tom&Jerry, pas vrai ? Mais nous sommes du même sang et portons le même nom. De ce fait, frangin, on ne peut pas se débarrasser l’un de l’autre si facilement, pas vrai ? Pourtant, on y a pensé tous les deux, ne mens pas. Le moment est arrivé et nos routes se séparent. Dans le monde dont-on-ne-doit-pas-parler, je suis majeure. Dès l’année prochaine, je vais suivre ma voie. Tu l’as compris. Je ne reviendrai pas cet été, l'avorton.

Tu vois, en ce moment, j’imagine ton petit sourire d’emmerdeur en te disant déjà que tu vas récupérer ma chambre soi-disant plus grande que la tienne. Même pas en rêve, minus ! Sache que j’ai jeté un sort sur la pièce si tu t’en approches avec de mauvaises intentions, tu finiras avec une moustache de Dali toute ta vie ! Ok…c’est du bluff, chiale pas - quoique à tes risques et périls. Remarque, je préfère que ce soit toi qui récupère ma chambre plutôt qu’elle finisse en un dressing ou une remise pour les parents.

Ecoute, j’imagine que tu ne comprends pas ma décision ou peut-être qu’au contraire tu es soulagé de te débarrasser d’un poids, voire les deux solutions. Simplement, ce monde n’est pas fait pour moi. Au fond, le choix était déjà clair depuis bien longtemps, l’asticot. Tu le connais. Tu t’y attendais. Les parents aussi. Est-ce que tu le comprends ? J’en sais foutrement rien. N’empêche que je te souhaite le meilleur, demi-portion.

Je suppose que tu vas me manquer…

Ta grande sœur à jamais,

Beth

Sa main se suspend au-dessus du papier. Une goutte s'échappe et s'écrase sur le papier. D'un geste machinal, sa main secondaire vient essuyer les traînées sur ses joues. C'est fait. Le soulagement peut l'envahir à présent.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Portrait :
Âge : Vingt-sept ans et toutes ses dents
Messages : 6
Avatar : Tuppence Middleton
Crédits : Gaerrys ; Anesidora
Date d'inscription : 01/12/2018

Revelio
Je parle en :
Mes rps:
Mon allégeance: A la population du monde magique
Nouveau membre
Sam 1 Déc - 15:59
La belle histoire
Est-elle réellement éternelle ?



I’m not a stranger to the dark

Lorsque une famille accueille en son sein une nouvelle petite frimousse – un nouveau membre, il s’agit généralement d’un moment de liesse. Ce fut le cas pour monsieur et madame Stevens, leur premier enfant – une petite fille avec des joues rebondies, un petit nez, un être si petit qui donnait tant de chaleur et de bonheur. Les Stevens rayonnaient. Le temps maussade n’existait déjà plus alors qu’il serrait dans leurs bras le nouveau-né. Une belle entourait la petite famille. La petite fille se sentait à sa place, entouré de petites attentions et surtout d’amour. Elle dormait paisiblement dans les bras de son père, encore peu sûr de lui explorant le rôle de géniteur. Il s’émerveillait de la moindre de ses actions, babillements, bâillements…etc. L’homme n’avait jamais rien vu d’aussi beau de sa vie à cet instant. Sa femme semblait ne jamais avoir cessé de sourire depuis que son enfant avait poussé son premier cri. Il faut bien avouer qu’après avoir supporté neuf mois de grossesse, elle appréciait de constater que le résultat en valait largement la peine. Cette joie se transmettait même au service médical se réjouissant de voir le bonheur dans cette petite chambre d’hôpital. Tout cela grâce à un seul et si petit être avec sa touffe de cheveux bruns.

« Bienvenue parmi nous, Elizabeth Stevens » lui susurre son père, caressant sa joue d’un doigt.

« Elle est si belle. » murmure sa femme, le regard empli d’amour et de fierté devant la scène se jouant sous ses yeux.

« C’est notre petite fille, te rends-tu compte ? » déclara le père, l’émotion modulant sa voix.

Eh oui, il se permettait en ce grand jour de briser cette carapace de fausse croyance sur la virilité. Pour le jeune père, il était difficile de s’imaginer que grâce à sa femme et lui, ce petit être devenait le symbole de leur amour. Ce jour-là, il se jura de chérir cet enfant et de le protéger contre tous les dangers, car cette petite fille, Elizabeth, devenait sa responsabilité. Quant à la mère, elle ne réalisait pas encore à quel point sa vie allait être chamboulée par la récente présence de sa fille. Elle n’avait qu’une envie découvrir les joies et les expériences du statut de mère. Ainsi, elle élèverait la prunelle de ses yeux, afin que celle-ci soit la plus heureuse au monde et que rien ne soit jamais trop haut pour elle. En effet, Elizabeth Stevens ne faisait officiellement partie de ce monde que depuis une petite heure et pourtant son appartenance à cette famille, à ses attaches de sang et d’amour, ne faisait déjà plus aucun doute.

"Hide away," they say, "'Cause we don't want your broken parts"

“Maman, elle recommence encore !” hurla un petit garçon, aux cheveux bruns, en courant dans le salon de la maison des Stevens se situant dans une bourgade non loin de Londres.

Ce n’est pas vrai ! Je n’ai rien fait !” rétorqua Beth, en proie à un grande colère face à la balance qui lui servait de petit frère.

Le sujet de la discorde ? Les deux enfants âgés respectivement de huit et sept ans ne pouvaient s’empêcher de se disputer dès qu’ils se trouvaient dans la même pièce plus de cinq minutes. Forcément, étant liés par le sang, il ne passait pas dix minutes sans que les deux garnements ne se bagarrent pour x ou y raison, ce qui rendait les parents des enfants complètement fous. Mais jusque-là rien d’inhabituel, n’est-ce pas ? Et pourtant, si. Ces derniers mois, l’aîné de la fratrie ne comprenait pas pourquoi ses réactions engendraient des réactions étranges dans la maison.

« Elle ment, elle ment ! Le pot de fleur s’est cassé, je l’ai vu ! Elle l’a brisé sans le toucher ! » poursuivait le jeune garçon avec véhémence, en jetant des regards noirs à sa grande sœur.

Depuis le jour ou il s’était retrouvé les quatre fers en l’air sans que Beth ne le touche, il disait à qui veut l’entendre que sa sœur n’était autre qu’une vilaine sorcière. Les Stevens n’y avaient évidemment pas cru dans un premier temps. Leur fils avait trébuché dans l’effervescence de la dispute avec sa sœur. Ce n’était pas habituel du tout. Leurs enfants passaient leur temps à se chercher des noises, alors une fois de plus ou de moins. Mais peu à peu, les événements devenaient bizarres allant jusqu’à fissurer leur habituelle rationalité d’adultes ne croyant pas à la magie. Après tout, les enfants n’ont pas conscience que la magie, ce n’est que dans les contes. Était-ce mal de les laisser croire en cela ? Certainement pas. Toujours est-il qu’à force d’être de se retrouver face à des événements inexplicables même les parents de Beth commençaient à croire leur fiston et ses idées abracadabrantes. Se pouvait-il qu’il ait raison ? L’on dit souvent que les enfants perçoivent le surnaturel contrairement aux adultes, peut-être trop formaté par un côté pied sur terre, ne vivant clairement plus dans l’imaginaire.

Plus les enfants vieillissaient, plus ces événements se produisaient – inexplicables, parfois effrayants. Inextricablement, même madame et monsieur Stevens ne regardait plus leur fille de la même façon. Ils étaient anxieux doutant réellement concernant sa nature. Tout en restant dans le déni, leur comportement changea, choisissant de punir leur fille lorsqu’un tel événement se produisait. Mais cela eu un impact sur son jeune frère également, celui-ci avait ordre de ne jamais en parler – la magie ça n’existe pas !

Même l’école devint compliquée pour la jeune fille, elle n’était pas du genre à reculer. Généralement, elle s’attirait de moult ennuis, se mêlant à des bagarres, exprimant son point de vue sans réfléchir… Bien sûr, cela faisait d’elle, la fille populaire avec un cercle d’amis proches et évidemment des ennemis parmi les teignes de la cour de récréation. Heureusement, son petit frère n’osait pas colporter les rumeurs sur elle à l’école de peur d’être privé de console par ses parents. Elle appréciait fortement le temps passer en dehors de la maison ou la tension restait toujours palpable.

Le fossé entre le frère et la sœur se creusa encore, tous les deux s’accusant mutuellement des remontrances et du comportement de leurs parents. Quant à Beth, elle ressentait d’autant plus de colère face à ce comportement. Elle n’était pas une sorcière ! Son frère ne cherchait qu’à lui nuire ! Et pourtant, le soir, elle doutait elle aussi. Pourquoi est-ce que ça lui arrivait à elle ce genre de choses ? L’ordre de ses parents était clair arrête tes bizarreries ! Peu à peu, la jeune fille se mura dans une espèce d’armure psychologique. Si vraiment, elle était un être magique comme dans les films et les contes qu’elle appréciait, ça ne pouvait qu’être en raison d’un destin exceptionnel ! La petite brune commençait à y croire pour pallier à la tristesse qui l’envahissait lorsqu’elle devait affronter son frère et ses parents.

« Tu n’es pas anormale, Beth. Tu es spéciale du bon côté ! » se disait-elle, pour se rassurer, les yeux humides rivés sur son plafond, le soir dans son lit.

I know that there's a place for us

« Je le savais, je le savais ! » scandait le jeune Stevens, tout excité et fier comme un paon, qui, contrairement, aux adultes ne semblait pas perturbé par l’annonce que venaient de faire les deux inconnus à ses parents.

Ces derniers bouche-bée commençaient doucement à sortir de la léthargie, du déni, dans lequel ils s’étaient plongés depuis des années. Leur fille. Une sorcière. La magie existe. La lettre de Poudlard entre ses mains, Beth contemplait les sorciers avec une espoir mêlant espoir et soulagement. Finalement, elle appartenait bel et bien à ce monde, il y a une petite place pour elle à quelque part. C’était bien ce que les sorciers lui disaient, non ? Un sourire naquit sur son visage et même les regards de sa famille ne pourrait le lui retirer.

« Je suis une sorcière ? Ce que je fais, c’est de la magie ? » demanda-t-elle, pour la première fois de sa vie d’une petite voix fluette, n’y croyant pas.

La sorcière avec un chapeau violet fluo lui offrit un sourire étincelant en hochant la tête. Tandis que son compatriote tentait de résumer aux parents de la pré-adolescente le monde magique et surtout le collège Poudlard dans lequel il préconisait d’y envoyer Elizabeth. Curieux, son frère lisait par-dessus son épaule. Beth ne s’y offusqua pas. Il ne pourrait plus dire qu’elle était bizarre, pas normale, adoptée…etc. Il lui était encore bien difficile d’imaginer les changements dans sa vie future mais un poids semblait s’être retirer de ses épaules.

« Moi aussi, je vais aller dans cette école ? » demanda le cadet, avec une pointe d’envie dans la voix, qui surprit Beth.

« Attendez, attendez ! Nous n’avons pas donné notre accord pour que notre fille se rende dans cette …école. Quel est son nom déjà ? » intervient le père de famille, pas tout à fait convaincu par les propos des deux sorciers.

C’était un choc pour eux d’apprendre que leur petite fille n’était pas comme les autres – pas comme eux. Alors, l’imaginer l’envoyer dans une école mystérieuse avec de la magie et des sorciers…ça restait une autre information à intégrer.

« Poudlard. » répondit simplement la sorcière, habituée aux réactions étranges des parents moldus. Elle se pencha vers le petit garçon, un air désolé sur les traits. « Non, je suis désolé mon bonhomme mais tu es un moldu. Tu n’as pas de pouvoirs magiques. » précisa-t-elle, devant l’air interloqué de la famille Stevens.

« Tant mieux ! J’voulais pas y aller dans cette école débile de toute façon, il y a que des gens pas normaux ! » s’exclama-t-il, avant de tourner les talons, non sans avoir jeter un regard dédaigneux à sa sœur aînée.

Celle-ci se crispa, luttant autant contre l’envie de rattraper son frère pour lui faire passer l’envie de l’insulter et de l’autre une forme de tristesse. Elle pensait que son frère et ses parents allaient accepter sa différence comme il y avait une bonne raison à tout cela, mais il semblait qu’elle s’était lourdement trompée. Elle leva la tête vers les adultes toujours en grande discussion sur la nécessité pour Beth de rejoindre l’école l’année prochaine afin d’apprendre à utiliser ses pouvoirs magiques. Ses parents ne semblaient vraiment pas convaincus malgré les arguments bien pensés des deux êtres dotés de magie.

« Et si je veux aller dans cette école !? » lança la jeune fille de dix et demi, obtenant ainsi l’attention des quatre autres personnes présentes dans la pièce.

« Voyons, tu n’es qu’une enfant. Tu n’as pas à prendre de décisions. » le coupa sèchement monsieur Stevens.

« Ton père a raison. Nous sommes tes parents, nous savons ce qui est le mieux pour toi. Si ça se trouve ces choses qu’elle fait vont s’estomper au fil des ans. » Acquiesça la mère de Beth.

Leur fille serra entre son poing sa lettre d’admission et les fixait avec insolence. Non, elle irait dans cette école. Pourquoi ne pouvaient-ils pas admettre qu’elle était spéciale ? Qu’il était temps qu’elle apprenne à développer ses dons magiques comme les autres sorciers. La description des deux inconnus lui avait donnés espoir et envie de rejoindre leur monde et de le comprendre. Voilà que ses parents continuaient à penser qu’il suffisait de penser très fort que Beth était une enfant comme les autres du quartier pour que ce soit la réalité.

« Madame et Monsieur Stevens, excusez-moi, mais non, votre fille sera toujours dotée de magie. Il ne tient qu’à vous de décider si vous accepter de lui donner une chance de développer ces merveilleux dons ou la laisser vivre dans un monde qui ne la comprendra pas comme à Poudlard. » déclara sans cacher son air pincé, la femme sorcière.

« Mais rien ne l’empêche de choisir une vie normale comme la nôtre, après ses études, n’est-ce pas ? » demanda le père de Beth en serrant l’épaule de sa fille. Comme les deux sorciers acquiescèrent, il hocha la tête convaincue. « Très bien, ma fille rejoindra votre école, pour apprendre à se contrôler et quand ce sera fait, elle vivra dans le monde qui est le sien, avec nous. »

Ce jour-là, les sorciers n’insistèrent pas. Ils avaient fait leur travail. La petite Beth Stevens rejoindrait l’année prochaine l’école de Poudlard par le Poudlard Express comme tous les autres enfants dotés de magie. Le reste n’était plus de leur ressort. Elizabeth se sentait étrange mélangé entre l’excitation et le malaise notamment en raison de l’attitude et des propos tenus par ses parents. Mais elle avait gagné alors c’est avec un grand sourire qu’elle salua les deux sorciers, qui venaient de lui offrir une place dans laquelle elle pourrait s’épanouir sans être considérée comme quelqu’un de bizarre.

And I'm marching on to the beat I drum


“Tu n’iras plus dans cette école.”
tonna la voix forte de monsieur Stevens dans leur bâtisse familiale.

“J’m’en fous de votre avis, j’irai ! Poudlard est ma maison !” rétorqua immédiatement Beth, les bras croisés et le regard noir.

« Non mais tu t’entends ? On dirait une illuminée comme dans les asiles de fous. » ricana son cadet avant de se taire sous le regard noir de sa mère.

« Notre décision est prise ! Ta maison c’est ici avec ta famille. » s’imposa le père de famille, inflexible.

Cette discussion de sourds durait déjà depuis plusieurs minutes, sans que les deux parties ne trouvent un accord convenable. Il était question de retirer à Beth son droit à l’éducation magique. Ses parents s’étaient mis d’accord sur le fait que deux ans d’études suffisaient largement à leur fille. Maintenant, elle devait rejoindre une école normale comme son frère et cesser de parler de magie à tout bout de champs. Ses deux premières années avaient viscéralement changé leur petite fille. Beth revenait les yeux brillant d’étoiles et ne cessait de leur parler de Poudlard et de magie. Les Stevens n’en pouvaient plus. Il n’était pas question que cette foutue école transforme leur fille de la sorte. Elle ne créerait pas un avenir professionnel en restant dans un monde de grenouilles et de chat noir. Evidemment, le déni semblait toujours présent pour eux, ils s’agissaient le plus souvent d’exagérations à tel point que la jeune fille se trouva dans l’obligation de leur fournir des preuves, comme des photos magiques, des jeux, des bonbons…L’adolescente ne supportait pas qu’on la traite de menteuse.

Forcément, elle n’obtint pas la réaction désirée. Au lieu d’être, tout comme elle, émerveillée par la magie, sa famille prit peur. A nouveau, l’interdiction de parler de magie s’exerça dans la maison. Beth ne comprenait pas cette décision et se révoltait. A tel point qu’elle comptait les jours pour retourner à Poudlard, là où on l’acceptait telle qu’elle était. Le fait d’être ainsi brimé et dévalorisé par son petit frère qui s’était mis en tête de tourner en ridicule chaque parole de sa sœur, devenait très dur à vivre au quotidien. D’autant qu’il lui était impossible de leur prouver et surtout de leur ouvrir les yeux sur sa nature. Sans aucun doute l’effort le plus important consistait à ne pas utiliser les sorts appris à l’encontre de son agaçant petit frère. Oh, elle ne pensait pas à mal mais peut-être que léviter sur la cheminée lui servirait de leçon une bonne fois pour toute. Malheureusement, elle craignait trop d’être expulsée de Poudlard si elle s’exécutait alors elle encaissait les critiques et les propos dégradants sans se défendre, espérant retourner au plus vite auprès de ses amis sorciers.

« Maintenant vous filez tous les deux dans votre chambre. » intervient madame Stevens, souhaitant éviter que tout le voisinage soit au courant de leurs histoires de famille.

« Mais on n’a pas mangé… » grommela le brun, incrédule.

A nouveau l’intervention du fameux regard menaçant de l’autorité parentale eut raison des deux adolescents qui se dirigèrent vers les escaliers. Non sans se chamailler entre eux.

« Tout ça, c’est ta faute ! »  lui glissa le plus jeune en la bousculant pour rejoindre sa chambre à l’étage.

Comme réponse, l’adolescente lui fit un doigt avant de claquer lourdement la porte de sa chambre. Elle se laissa glisser au sol, les bras autour de ses jambes, totalement vidée. Voilà que ses parents semblaient s’être consultés et ne voulaient plus la voir s’épanouir parmi les siens. Ils voulaient lui pourrir l’existence. Sa peur se transformait en colère et en insolence. Pendant des années, elle avait accepté de ne rien dire, d’essayer de se fondre à la masse, de coller et de remplir à toutes ses exigences pour entrer dans les normes non-magiques. Et voilà qu’on lui privait de sa seule récompense, le seul endroit où elle pouvait être elle-même ? L’adolescente ne le supporterait pas. Elle devait agir. L’emprise de l’injustice et de la fougue de l’adolescence eut raison du peu de rationalité qui lui restait. La jeune fille attrapa un sac à dos et une valise, fourra des affaires à la va-vite et se mit à compter les heures. Il était encore très tôt au petit matin, lorsqu’elle s’éclipsa en faisant le moins de bruit de la maison. Elle ne prit pas la peine de laisser un mot, à quoi bon ? Trop prise dans sa colère et la peine, Beth se disait que ses parents vivraient mieux sans elle et inversement. Ils ne pouvaient pas se comprendre.

L’adolescente arriva finalement en plein cœur de Londres, décidée à prendre sa vie en main, toujours menée par l’entrain de la jeunesse sans penser une seule seconde à la moindre conséquence. Son plan consistait en une première escale à la banque, afin de retirer un peu d’argent moldu sur le compte établit à son nom. Elle sentait les regards des badauds sur elle mais la jeune fille prenait un air plutôt serein alors qu’à l’intérieur son cœur tambourinait furieusement. Elle alla s’installer dans un siège en attendant son tour au guichet, son ticket à la main. Finalement, elle n’eut pas à attendre très longtemps car un ou serait-ce plusieurs individus tout à coup pointaient des armes sur les gens et hurlaient de se coucher par terre immédiatement.

Cet événement troublant et très perturbant reste très flou dans la mémoire de Beth en raison du choc. Tout ce dont elle se souvient, c’est d’avoir paniqué à un moment et qu’un homme l’avait attrapé contre lui. L’adolescente avait levé les yeux vers cet homme au sourire rassurant.

« Comme t’appelles-tu ? » lui demandait-il doucement.

« Beth » répondait-elle d’un souffle, tremblante de la tête au pied.

« Prends-le, Beth, il te protégera. Serre-le bien fort dans ta main. » poursuivait-il, en lui glissant un pendentif dans les mains, lui jurant que tout irait bien et que ce talisman la protégerait.

Etrangement, la jeune fille pourtant consciente qu’un pendentif ne pouvait pas faire cela, le crut ce jour-là. Elle accorda sa pleine confiance en cet inconnu. Si ce qu’il s’est passé par la suite est très flou dans sa mémoire, elle n’a jamais oublié le sourire de cet homme. Ni même la façon dont ils se sont écroulés à l’extérieur, l’homme au-dessus d’elle la serrant toujours fermement contre son torse. Elle était en sécurité. Mais lui…il ne bougeait plus et ne souriait plus. Beth n’a plus jamais eu de nouvel de ce brave policier moldu qui venait de lui sauver la vie. C’est sous le choc qu’elle rentra chez elle après avoir passé quelques heures aux urgences pour s’assurer qu’elle allait bien physiquement et psychiquement. Ses parents ne parlèrent plus de Poudlard, effrayés d’avoir manqué de perdre leur fille en raison de cette dispute. Quant à Beth, elle passa les prochaines nuits avec un sommeil très agité, à cauchemarder parfois s’éveillant en sursaut. Seul le pendentif qu’elle serrait contre sa poitrine lui permettait de s’endormir. Cet événement venait d’éveiller en elle une vocation, celle de devenir un héros – quelqu’un qui mettrait sa vie en péril pour protéger les autres. Elle le devait bien à cet homme au sourire étincelant et au regard malicieux.

I am who I'm meant to be

Beth retourna étudier à Poudlard suite à cet événement. Personne ne savait réellement ce qu’il s’était passé dans la tête des Stevens pour accepter la poursuite des études mais sans doute l’idée de perdre à tout jamais leur fille n’était pas pour rien. Beth s’épanouissait pleinement à Poudlard. La jeune fille avait bien compris que lorsqu’elle se trouvait dans sa famille, il ne fallait pas parler du monde des sorciers. De ce fait, la relation entre elle et ses parents s’améliora même. Quant à son frère, il restait fidèle à lui-même et campait sur ses positions, perdu tout comme sa sœur dans les non-dits. Mais tout cela n’avait la moindre important du temps de ses années à Poudlard. Son cercle d’amis devenait sa seconde famille. Concrètement, au niveau scolaire, Beth n’était clairement pas en tête de sa promotion. Elle se positionnait tout de même bien, car son intérêt pour certaines matières ne faisait aucun doute, notamment les branches qui lui permettraient de devenir Auror un jour ou l’autre. Son objectif si clair faisait beaucoup rire ses camarades. En effet, à quatorze ans, l’élève de Gryffondor n’avait que ce mot-là à la bouche.

Sous les consignes du directeur de sa maison, elle mit les bouchées doubles durant sa cinquième année pour obtenir les BUSES nécessaires pour suivre les matières essentielles à la formation d’Auror en sixième années. Heureusement, elle pouvait compter sur la solidarité de ses camarades de maison. Ensemble, ils pouvaient combler leurs faiblesses par les forces des autres. En somme, malgré plusieurs incartades au règlement intérieur, quelques bagarres et de nombreuses retenues souvent dû à son impulsivité ou son insolence naturelle, la jeune sorcière s’en sortit avec ses ASPICS en septième année. Cette année-là, les parents de la sorcière lui posèrent un ultimatum. En fin d’année scolaire, elle devrait choisir le monde moldu ou le monde des sorciers. Ils n’accepteraient plus que Beth soit entre deux mondes, ce n’était plus possible à leurs yeux. Très sincèrement, les Stevens espéraient qu’avec un tel poids sur ses épaules, leur fille reviendrait incapable de les quitter définitivement.

Mais tout cela, sans compter l’esprit de Beth, celui-ci n’avait aucune envie d’abandonner son rêve aussi prêt du but. D’un autre côté, la jeune femme pensait également que ses parents finiraient un jour par accepter cette part d’elle-même, mais elle avait passé trop d’années à devoir cacher sa véritable nature. Il était hors de question de retomber dans ce schéma là même pour l’amour de sa famille. Puis, le sourire étincelant du brave policier ne faisait que de renforcer sa détermination à prendre la décision la plus difficile de sa vie. Mais elle l’a fait. En regardant, le hibou portant sa décision à sa famille entre ses serres, la jeune fille traçait définitivement un trait sur la vie de moldue. En tout cas, elle savait qu’elle ne serait sans doute plus la bienvenue à la maison comme auparavant. Son frère s’en réjouirait certainement ou alors lui en voudrait-elle encore plus. Elle n’en savait rien. En revanche, le soulagement ressenti paraissait si grand et lui donnait un sentiment de satisfaction énorme.

A dix-sept ans, Beth se retrouvait indépendante plongée dans un monde en pleine effervescence. Heureusement pour elle, une amie de Poudlard plus âgée qu’elle l’accueilli dans son appartement à sa sortie de l’école. Très vite, Beth s’inscrit à la formation d’Auror avec un grand enthousiasme. Afin de palier à un cruel manque pécuniaire, elle enchaîna des petits jobs pouvant lui permettre de payer un loyer à son amie et surtout subvenir à ses besoins et ceux de la formation. C’est également durant ses trois années de formation que la jeune femme rejoignit un groupe de musique qui se produisait les week-ends dans divers lieux de Londres. Beth apprit beaucoup de sa formation d’Auror malgré le travail à fournir, la jeune femme se sentait réellement bien. Son mentor lui enseigna à tirer le meilleur d’elle-même et réussit même l’exploit de l’assagir, agissant directement contre son esprit rebelle, ce qui n’était réellement pas un mal. En quelques années, la sorcière grandit et se développa jusqu’à obtenir officiellement le rang d’Auror. Ce jour-là, sa fierté fut immense, bien que ce soit avec regret qu’elle regardait ses camarades de volée être félicités par leur famille alors que la sienne n’avait pas daigné répondre à sa lettre. Peu importante, elle l’avait fait pour elle et pour cet inconnu qui de par ses actes lui avait montré la voie.

Another round of bullets hits my skin

Parfois, l’on ne s’attend pas à ce que sa vie bascule aussi vite et si facilement. Tout se passa très vite, comme ce jour-là, dans la banque. Beth ne s’y attendait pas tout comme les sorciers innocents présents ce soir-là. Pourtant, des individus avaient bien pris la décision eux-mêmes de voler des vies humaines sans aucune raison, comme celui de Beth de s’interposer face aux êtres nuisibles qui usaient de la violence à tout va. La soirée se passait bien. La jeune femme n’était pas de service, elle profitait d’une soirée, plutôt arrosée, lors d’un événement organisé par des connaissances. Vers trois heures du matin, quand Beth quitta la salle de fête. Les poches sous ses yeux indiquaient clairement que la jeune femme brune avait du sommeil à rattraper alors elle s’excusa auprès de ses hôtes.

Elle s’apprêtait à transplaner lorsqu’elle entendit des cris stridents. Sans hésiter, elle s’engouffra dans la nuit sombre. Un cadavre d’une sorcière au sol au-dessus d’elle une créature qu’elle reconnaîtrait entre mille, un loup-garou. Elle n’eut pas besoin de lever les yeux au ciel pour comprendre qu’il s’agissait de la pleine lune. Un groupe de jeunes sorciers visiblement éméchés semblaient sous le choc.

“Bordel, tirez-vous !”hurla l’Auror en saisissant sa baguette ne perdant pas une minute pour jeter un sort sur l’assaillant afin de protéger sa victime.

Une fois, la bête neutralisée, Beth s’approcha d’un pas vif de la sorcière constatant avec impuissance que son pouls ne battait plus. C’est également à ce moment-là qu’elle se rendit compte de son énorme bêtise. Lorsqu’une masse sombre la percuta et la propulsa au sol. Le loup n’était pas seul. Elle venait de commettre une grave erreur. Luttant contre le poids de la bête, la jeune femme ne put empêcher un cri de douleur et de détresse lui échapper alors que ses crocs déchiraient sa chair. Heureusement pour elle, des sorts surgirent de l’obscurité et l’en débarrassa de son assaillant. Sans cette intervention, l’auror n’avait aucun doute qu’elle aurait certainement subi le même sort que la jeune femme.

« Merde, merde, merde… » murmura Beth, dans un dernier éclat de lucidité, en constatant l’étendue des dégâts.

Sa robe embibée de son propre sang et cette douleur si intense. Elle n’avait jamais ressenti cela. Un voile noir recouvrit peu à peu sa vision malgré sa lutte pour rester éveillée. Lorsqu’elle se réveilla à Sainte-Mangouste, on lui expliqua tout. Ce tout restait bien flou pour la brune, elle avait saisi des bribes d’informations. Mordue. Miraculeusement rescapée. Certainement contaminée par la lycanthrophie. Attendre la prochaine pleine lune pour en être sûr. Les jours suivant furent bien plus clairs. La meute de loups s’était enfuie mais certains d’entre eux avaient péris sous les sorts de la police magique intervenue rapidement et épaulée par de courageux sorciers. Elle apprit également qu’elle ne fut pas la seule victime ce soir-là. Visiblement, ce groupe de lycanthropes, dont le nombre restait inconnu, avaient commis ces actes effroyables et planifiés volontairement. Ce n’était pas nouveau mais en entendre parler et le vivre restait deux choses bien distinctes, surtout de réaliser les conséquences.

Beth vivait dans le déni jusqu’à la semaine avant la première pleine lune. Les symptômes furent évidents. La jeune femme espérait encore y avoir échappé. Mais lorsque la lune se pointa, la douleur dans tout son corps s’éveilla. Cette nuit-là, elle se transforma pour la première fois en loup-garou. Après cette première nuit, Beth prit conscience qu’elle ne pouvait pas échapper à sa nouvelle nature, qu’elle devait apprendre à l’accepter. Le ministère lui accorda, sans peine, un arrêt de travail d’une année pour se remettre de cet événement. L’état de Beth nécessitait qu’elle prenne le temps de panser ses plaies.


Look out 'cause here I come

Au bout de six mois, la jeune femme tournait en rond dans son appartement, littéralement comme un lion en cage. Physiquement, ses blessures n’étaient qu’un ancien souvenir. Psychiquement, cela restait une toute autre histoire. Elle devait encore apprendre à composer avec la bête qui sommeillait à présent en elle. Evidemment, même si elle avait accepté sa condition, le vivre et s’y accommoder était encore une autre affaire. Mais la folie risquait de la gagner si elle passait encore six mois à pourrir dans son petit appartement londonien. Les premiers mois avaient été bien remplis, Beth avait même pris le temps de changer de coupe de cheveux. Cela lui faisait du bien de se voir avec une nouvelle tête, il s’agissait en quelque sorte d’un renouveau – un nouveau départ, une nouvelle identité. En cette période, elle sortit le pendentif qui lui avait été offert à treize ans par le brave policier et le glissa autour de son cou. Comme lorsqu’elle était gamine, ce talisman la protégerait et l’aiderait à appréhender sa nouvelle vie.

A force, la jeune femme craignait également de ne jamais pouvoir reprendre son travail. C’est pourquoi, la sorcière prit la décision de se pointer au ministère cherchant à convaincre ses chefs qu’elle était tout à fait capable de reprendre son statut d’Auror. Peut-être même que bercée par son audace habituelle, elle déclara qu’elle refusait tout net de faire de la paperasse. Toujours est-il qu’ils acceptèrent et pu reprendre ses activités professionnelles. Après tout, son dossier médical n’indiquait aucune interdiction et un médicomage avait certifié la possibilité d’un retour au bureau des Aurors. Secrètement, Beth nourrissait également un besoin d’enquêter sur la nuit où elle s’était fait mordre. Cela lui était impensable de laisser ces êtres ignobles ayant brisés de nombreuses vies s’en sortir. Et cela, elle ne pouvait pas le faire depuis son appartement, il lui fallait les ressources du bureau. Un jour, elle retrouverait les commanditaires et se ferait un plaisir de les remettre à leur place – entre quatre murs pour un long bout de temps. A moins que la partie bête ne souhaite se la jouer à la loi du Talion.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Portrait :
Âge : 27 ans
Messages : 79
Avatar : Teresa Palmer
Crédits : Beecky
Date d'inscription : 13/11/2018

Revelio
Je parle en : #DC143C (crimson)
Mes rps: - Tristan -
Mon allégeance: Cosa Nostra
Sorciers
Sam 1 Déc - 16:15
Re ~

Bon courage pour ta fichette :p


Sorcière
REBEKAH PERRONI
You‘re just not my type - Don’t you understand

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Portrait :
Âge : Trente neuf ans
Messages : 37
Avatar : Sarah Drew
Crédits : eilyam
Date d'inscription : 28/11/2018
Admin
Sam 1 Déc - 16:54
Copine de blond platine avec ma Ailsa

Rebienvenue avec ce nouveau compte et bon courage pour ta fiche



Viens voir ce monde qui est le mien
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Portrait :
Âge : 35 ans
Messages : 51
Avatar : Chris Hemsworth
Crédits : @Starfire @tumblr
Date d'inscription : 23/11/2018

Revelio
Je parle en : goldenrod
Mes rps:
Mon allégeance: le Comité de Répulsion des Moldus
Ministère
Sam 1 Déc - 17:05
Je ne connaissais pas ton avatar, mais elle est tellement jolie Rebienvenue sur CC et have fun avec cette nouvelle tête
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Portrait : NO PAIN NO GAIN
Âge : 18 ans - 24/06/2005
Messages : 1102
Avatar : Ella Purnell
Crédits : Avatar : Cranberry ; Signa : Beylin ; Gifs : Egoeswild, Tessrps & Barling
Date d'inscription : 04/08/2018

Revelio
Je parle en : Seagreen
Mes rps: Thalia Ϟ Adèle Ϟ Hyacinthe Ϟ Maggie Ϟ Ethan Ϟ Elise Ϟ Amaury Ϟ Siobhan
Mon allégeance: Hestia n'a confiance qu'en elle-même, et c'est déjà pas mal
Serpentard
Sam 1 Déc - 18:14
Re-bienvenue mon chouuuu

Tu es canon en Eliza aussi (Hestia préfère Amaury mais chut faut pas le dire )
Bon courage pour cette nouvelle fiche, j'ai hâte de voir ça !



we don't own
our heavens
we only own our hell
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Portrait :
Âge : 18 ans (est l'aîné des jumeaux, Amaury est juste un rageux de pas être le premier)
Messages : 1308
Avatar : Britt Robertson
Crédits : Angie
Date d'inscription : 20/09/2018

Revelio
Je parle en : #78A5D1
Mes rps: ThelnoraϞ LilianaϞ EnolaϞ AmauryϞ AdèleϞ Andro&AmauϞ SélényaϞ EnolaϞ SerenaϞ HestiaϞ ErisϞ Andreï
Mon allégeance: Amaury
Serdaigle
Sam 1 Déc - 19:15
Mais mais quel joli gif :D


Rebienvenue parmi nous mademoiselle Elizabeth (tu as oublié de mettre Beth au pseudo du coup je te rappelle ton prénom complet pour que tout le monde soit au courant uu )
Bon courage pour la fiche (et pour la suite )



Everywhere you look I'm standin' in the spotlight


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Portrait :
Âge : 35 ans
Messages : 1100
Avatar : Danila Kozlovsky
Crédits : Emi. (avatar) ASTRA (Signature)
Date d'inscription : 26/06/2018

Revelio
Je parle en : #336699
Mes rps:
Mon allégeance:
Admin
Sam 1 Déc - 20:11
Non mais c'est vrai ça on va vous croire jumelle avec Ailsa

Rebienvenue par ici miss, hâte d'en découvrir plus Eliza (c'est marrant c'était aussi le prénom d'un de mes anciens perso )

Courage pour ta fiche


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Portrait :
Âge : 18 ans
Messages : 1052
Avatar : Cara Delevingne
Crédits : Arrya
Date d'inscription : 01/08/2018

Revelio
Je parle en : #666699
Mes rps: Plein
Mon allégeance:
Serpentard
Sam 1 Déc - 20:26
Rebienvenue Amaumau avec cette nouvelle bouille! Et bienvenue dans le club de ceux qui se dédoublent^^
Hâte de voir ce que tu vas faire avec ce nouveau perso!
Bon courage pour ta fiche!


No one can explain it anyway
No one can explain this heat i feel inside. Your arms around my soul, I feel you now...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Portrait :
Âge : 25 années à parcourir la Terre
Messages : 676
Avatar : Vanessa Morgan
Crédits : Emi.
Date d'inscription : 26/06/2018

Revelio
Je parle en : darkmagenta
Mes rps:
Mon allégeance: L'ouverture d'esprit
Admin
Dim 2 Déc - 15:53
Rebienvenue avec ce nouveau personnage

En espérant qu'on arrive à se trouver un lien finalement


DE CEUX
Nous sommes de ceux qui cherchent à désarmer la mort à coup d’grenades lacrymo pour l’effrayer et la maintenir à distance. Nous sommes de ceux qui espèrent croiser la vie un soir, au détour d’une avenue, pour la séduire, la ramener et lui faire l’amour de façon brûlante.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Portrait : Mom, I miss you
Âge : 19 ans - 25/04/2004
Messages : 262
Avatar : Meghann Fahy
Crédits : Avatar : silverlÿs (Tristan ♥) & Signa : 2981 12289 0
Date d'inscription : 05/08/2018

Revelio
Je parle en : Darkorchid
Mes rps:
Mon allégeance:
Serpentard
Ven 7 Déc - 0:17
hiiii mon Amau d'amouuuurr !!!! *o*

bienvenuuue !!*ah elle est trop belle la nana de ton avatar :O ♥️♥️
garde moi un lien au chaud !!


Your love is mine for the taking My love is Just waiting To turn your tears to roses. No, You'll never be alone When darkness comes.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Portrait :
Âge : Vingt-sept ans et toutes ses dents
Messages : 6
Avatar : Tuppence Middleton
Crédits : Gaerrys ; Anesidora
Date d'inscription : 01/12/2018

Revelio
Je parle en :
Mes rps:
Mon allégeance: A la population du monde magique
Nouveau membre
Sam 8 Déc - 11:27
@Shelby Prewett a écrit:
Copine de blond platine avec ma Ailsa

Rebienvenue avec ce nouveau compte et bon courage pour ta fiche

Peut-être un lien de parenté lointain

@Hestia Carrow a écrit:
Re-bienvenue mon chouuuu

Tu es canon en Eliza aussi (Hestia préfère Amaury mais chut faut pas le dire )
Bon courage pour cette nouvelle fiche, j'ai hâte de voir ça !

Oow merci ma belle  Ouais, Amau va être jaloux sinon

@Elise de Lestang a écrit:
Mais mais quel joli gif :D


Rebienvenue parmi nous mademoiselle Elizabeth (tu as oublié de mettre Beth au pseudo du coup je te rappelle ton prénom complet pour que tout le monde soit au courant  uu )
Bon courage pour la fiche (et pour la suite )

Tu vois, l'est pas du tout flippante la petite.  A part ça, Mamy O'Malley ne se déplace même pas pour saluer sa collègue, quelle honte

@Eliael Xanielov a écrit:
Non mais c'est vrai ça on va vous croire jumelle avec Ailsa

Rebienvenue par ici miss, hâte d'en découvrir plus Eliza (c'est marrant c'était aussi le prénom d'un de mes anciens perso )

Courage pour ta fiche

Peut-être qu'on l'est, qui sait

@Adèle de Lestang a écrit:
Rebienvenue Amaumau avec cette nouvelle bouille! Et bienvenue dans le club de ceux qui se dédoublent^^
Hâte de voir ce que tu vas faire avec ce nouveau perso!
Bon courage pour ta fiche!

On aura peut-être un lien positif cette fois-ci, cousine chérie

@Anjelica Zabini a écrit:
Rebienvenue avec ce nouveau personnage

En espérant qu'on arrive à se trouver un lien finalement

Oui, on va trouver un petit quelque chose, j'espère

@Andromède Delacour a écrit:
hiiii mon Amau d'amouuuurr !!!! *o*

bienvenuuue !!*ah elle est trop belle la nana de ton avatar :O ♥️♥️
garde moi un lien au chaud !!

Cousine préférée, avec plaisir !


Merci à tout le monde. J'vous kiffe


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Portrait :
Âge : 32 ans
Messages : 216
Avatar : Tom Hiddleston
Crédits : Schizophrenic
Date d'inscription : 26/09/2018
Ministère
Jeu 13 Déc - 22:00
Bienvenue sur le forum :)



I'm bleeding out
When the hour is nigh And hopelessness is sinking in And the wolves all cry To fill the night with hollerings When your eyes are red And emptiness is all you know With the darnkess fed I will be your scarecrow
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Portrait :
Âge : Vingt-sept ans et toutes ses dents
Messages : 6
Avatar : Tuppence Middleton
Crédits : Gaerrys ; Anesidora
Date d'inscription : 01/12/2018

Revelio
Je parle en :
Mes rps:
Mon allégeance: A la population du monde magique
Nouveau membre
Hier à 0:14
Merci jacob


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
you're dreaming with your eyes wide open
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
Sauter vers:
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cruciatus Curse :: CARTE D'IDENTITÉ :: LE CHOIXPEAU MAGIQUE-